Meurtre de l'Algarve

Un enquêteur sympathique germano-portugais clarifie une affaire de meurtre

Reklame

Auteur Sabine Sopha sur les traces d'Anabela Silva. Photos: Henze, Sopha

Carolina Conrad est un pseudonyme de Bettina Haskamp. Le journaliste et auteur vit dans l’Algarve depuis plusieurs années. Elle connaît si bien la scène de ses thrillers. Avec l’opératrice germano-portugaise Anabela Silva, elle a créé une figure très sympathique qui la présente avec le thriller "Le meurtre de l’Algarve". Ce livre est à bien des égards un plaisir de lecture: le cas est passionnant, le récit divertissant, vous apprenez à connaître le pays et ses habitants, le mode de vie portugais et, accessoirement, du vocabulaire portugais. Donc: recommandé tout autour!

Anabela Silva vit à Hanovre et écrit. Elle écrit des articles pour des magazines féminins. Mais de plus en plus apathique. "Secrètement, je rêvais de ne plus travailler comme écrivain mais comme journaliste. J'ai finalement appris cela. "* Ses parents ont immigré du Portugal, elle a grandi en Allemagne et y est restée lorsque son père et sa mère sont rentrés en Algarve. Mais à présent, elle est divorcée de son mari et supporte à peine l'appartement à moitié vide. Un appel de sa mère est juste: elle s'est cassé le bras et a besoin de soutien. "Filha, ma fille. Quand mes parents vivaient encore en Allemagne, mes amis pensaient souvent que c'était mon deuxième nom car ma mère ne m'avait presque jamais nommée Anabela. ... et je l'appelle Mae et Pai, mère et père. "

De l'aéroport de Faro, la côte se dirige vers l'est. Après Tavira "puis sur la route encore relativement nouvelle qui nous a amenés au nord. Après quelques kilomètres, le paysage a changé, nous avons roulé dans les montagnes. "

Autoroute à Tavira

Bettina Haskamp demande à son protagoniste d’exprimer ce que beaucoup de voyageurs remarqueront en quittant la région balnéaire: "Ils ont toujours été complètement surpris que l’arrière-pays de l’Algarve oriental soit aussi vallonné. Et si gentil. C'est comme aller d'un monde à l'autre en moins d'une demi-heure. "

À travers les rues étroites vers l'Odeleite

La destination est Alcoutim, située sur le Guadiana et surplombant le voisin oriental, car le fleuve marque la frontière entre le Portugal et l’Espagne. Pour vous rendre au lieu de l'action, vous pouvez prendre l'autoroute ou choisir celle qui offre une vue magnifique sur le réservoir d'Odeleite et la rivière (Conseil de l'éditeur: en vaut la peine!).

Réservoirs dans l'arrière pays de l'Algarve

Alcoutim mérite également une visite. "Là où il y a quelques années, des voitures avaient garé le centre-ville, une place joliment aménagée avec une fontaine, des jeux d'eau et des bancs avaient été créés, entourés de lanternes à la manière de vieilles lampes à gaz, suspendues à des bols de fleurs luxuriants."

Fleuve frontière guadiana

Quiconque a l’impression de s’occuper d’un guide de voyage littéraire se trompe. L'auteur diffuse ces descriptions, ainsi que les voyelles et les proverbes portugais, de manière très habile et absolument discrète. Au premier plan, il y a toujours l'histoire - le retour d'Anabela et son étonnement devant plusieurs morts au cours des derniers mois dans la petite ville. Même s'il s'agissait de très vieux résidents, l'accumulation semble étrange. D'autant plus que personne ne répond à leurs questions sur la famille Alves.

Panneau indicateur à Odeleite: à travers l'arrière-pays montagneux

"Une fois de plus, la vie est une boîte pleine de surprises", note plus d'une fois Anabela. Elle ne peut pas retenir sa curiosité et tente d'établir un lien entre les décès - qui sont tous considérés comme naturels. Mais ensuite, un investisseur allemand est assassiné, la police entre en jeu et Anabela contacte la police. Leur traducteur a échoué. Le journaliste curieux intervient et accompagne désormais le commissaire Joao Almeida et son partenaire Pinto. Lentement, ils découvrent un sentier. À la fin, Anabela ne sait pas trop si elle veut vraiment connaître la résolution.

* Toutes les citations du livre "Murder of the Algarve".

Carolina Conrad, "Le meurtre de l'Algarve", maison d'édition Rowohlt, pages 288, 9.99 Euro, livre électronique 9.99 Euro, publié sur 24. April 2018

Reklame

Laisser un commentaire maintenant

Laisser un commentaire

Les adresses e-mail ne seront pas publiées.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. En savoir plus sur le traitement de vos données de commentaire.