Prise de contrôle: nouveau navire de recherche "Atair"

Reklame

Navire de recherche "Atair". Photo: BAW

L'Agence fédérale maritime et hydrographique (BSH) a accepté le navire de prospection, de recherche d'épaves et de recherche (VWFS) "Atair" le 14 septembre 2020 et l'a repris du chantier naval de Fassmer. En tant que navire le plus grand et le plus moderne, il sera le navire amiral de la flotte BSH et en même temps le premier navire gouvernemental de mer à propulsion GNL. Le premier voyage de surveillance doit avoir lieu en octobre 2020 en mer du Nord. La cérémonie de mise en service n'est pas prévue pour le printemps 19 en raison du risque accru d'infection par COVID -2021.

L'équipage de l '"Atair" utilisera les prochains mois pour concevoir et former les processus de travail à bord, ainsi que pour être formé à la manipulation des instruments de levé et de recherche d'épaves ainsi qu'à l'utilisation des technologies maritimes à bord. Les processus de travail nécessaires pour les voyages de surveillance sont testés avec les scientifiques.

Dans la zone économique exclusive allemande (ZEE), dans des cas individuels également dans les mers côtières, la mer du Nord et la mer Baltique, le «Atair» est utilisé pour la prospection et la recherche d'épaves ainsi que pour l'examen des sédiments et de la colonne d'eau. L'essai des équipements de navigation pour la navigation est également l'une des tâches. L '«Atair» mesurera les émissions des navires avec une station mobile et contribuera ainsi au réseau stationnaire de mesure des émissions des navires en cours de mise en place sur les côtes allemandes de la mer du Nord et de la mer Baltique. L '«Atair» sera également utilisé dans le cadre d'enquêtes préliminaires sur les domaines de l'énergie éolienne offshore.

Le navire a un concept de propulsion diesel-gaz-électrique. L'électricité nécessaire à la propulsion électrique et à l'équipement de manœuvre est produite par deux moteurs bicarburant, dont l'un fonctionne exclusivement au gaz. Un autre moteur diesel est fourni en redondance si l'alimentation en gaz tombe en panne ou si l'alimentation du soutage de GNL n'est pas garantie.

En utilisant le GNL (gaz naturel liquéfié), le carburant marin actuellement le plus respectueux de l'environnement, les émissions de dioxyde de soufre sont réduites de 90% et de dioxyde de carbone de 20%. Il n'y a pratiquement pas de poussière fine.

Avec un réservoir de GNL de 130 m³, le navire peut fonctionner au GNL seul pendant dix jours. Le deuxième moteur bicarburant, qui est également destiné au fonctionnement diesel, et le moteur diesel sont équipés d'un système de post-traitement des gaz d'échappement moderne et d'un filtre à particules de suie conforme à ÍMO Tier III. Pour le fonctionnement au diesel, ce qui est également possible, seul le gazole marin de la plus haute qualité avec une teneur en soufre inférieure à 0,1% est utilisé.

Le nouveau «Atair» est le premier navire de recherche allemand à répondre aux exigences DNV-GL «Silent R». Ils définissent le niveau sonore sous-marin maximal admissible très bas. Cela protège simultanément le milieu marin et garantit des conditions optimales pour les travaux scientifiques à bord. Étant donné que le VWFS "Atair" dispose d'un grand nombre de dispositifs hydroacoustiques, y compris un écho-sondeur à faisceau unique, un échosondeur multifaisceaux, un profileur de sous-fond, un sonar à balayage latéral et un système de localisation sous-marin USBL, les exigences sont le niveau sonore sous-marin du navire est élevé afin d'exclure les interférences acoustiques du propre bruit du navire.

La conception du navire est conforme aux exigences du label environnemental «Blue Angel» pour une conception respectueuse de l'environnement RAL-UZ 141.

Le «Atair» est le premier navire d'arpentage, de recherche d'épaves et de recherche doté d'un système de positionnement dynamique. Avec un seul joystick, le navire peut être manoeuvré ou maintenu automatiquement en position. La précision de la localisation est d'environ 1,5 mètre. Cela facilite considérablement les levés et la recherche d'épaves ainsi que le travail en station pour l'échantillonnage et rend le travail plus sûr.

L'équipement scientifique comprend un équipement de levage complet, des treuils de recherche de pointe, un système d'arpentage de pointe avec sonar latéral et de prévision, un plomb à plomb pour sédiments, un plomb à plomb en éventail, un débitmètre, un système de positionnement sous-marin et un puits d'hydrogramme pour l'installation temporaire d'équipements sous-marins. Le BSH continuera d'installer l'installation de mesure des émissions des navires de passage.

Les scientifiques ont trois laboratoires à leur disposition, qui peuvent être complétés par cinq autres conteneurs de laboratoire si nécessaire. En outre, il existe un équipement de plongée complet avec chambre de pression de plongée et compresseur respiratoire à air pur.

Deux bateaux d'enquête de dix mètres de long sont fournis pour mesurer les eaux peu profondes. 
Les 18 membres d'équipage et jusqu'à 15 scientifiques qui peuvent être embarqués n'ont à leur disposition que des chambres simples, chacune avec sa propre salle d'eau, les derniers systèmes d'infodivertissement, un sauna et une salle de fitness. Le navire répond ainsi aux exigences posées sur l'équipement des locaux pour les membres d'équipage de la marine marchande.

L'Agence fédérale maritime et hydrographique (BSH) est l'autorité maritime centrale en Allemagne. Près de 1.000 100 collaborateurs répartis dans une centaine de métiers exercent des missions dans les domaines du transport maritime, de l'océanographie, de l'hydrographie nautique, de l'éolien offshore et de l'administration. Cinq de ses propres navires de prospection, de recherche d'épaves et de recherche opèrent dans la zone économique exclusive allemande des mers du Nord et de la Baltique. Le BSH travaille à l'international dans plus de 12 organisations et environ 200 comités basés là-bas, entre autres dans le développement d'accords internationaux. Le BSH est une autorité fédérale supérieure et un institut de recherche départemental de la division du ministère fédéral des transports et de l'infrastructure numérique avec des bureaux à Hambourg et à Rostock.

Reklame

Laisser un commentaire maintenant

Laisser un commentaire

Les adresses e-mail ne seront pas publiées.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. En savoir plus sur le traitement de vos données de commentaire.